Togo : journaux en ligne face à la « désinformation » et au phénomène du « copier – coller ».

Togo : journaux en ligne face à la « désinformation » et au phénomène du « copier – coller ».

Le besoin d’informations continues des internautes et les tendances actuelles à produire plus de contenus incitent désormais les journaux de presse en ligne à diffuser sans cesse des articles. Ainsi, beaucoup de médias, par souci de réputation grâce à l’audience, se lancent dans une course acharnée à l’actualité au préjudice parfois de la bonne information ou en marge des fondements du métier.

La désinformation s’invite dans les sites en ligne

Avec la pandémie due au Coronavirus, l’on a observé une audience sur les différentes plateformes d’info togolaise. Par soif des contenus livrant des informations sur le virus et traitant également des sujets d’actualité surtout en ces périodes sensibles, beaucoup d’internaute viennent s’abreuver à la source des articles publiés en ligne. Ceci étant, ces presses togolaises en ligne n’ont eu d’autres choix que de chercher à produire davantage afin d’accroître leur audience chaque jour un peu plus. Malheureusement, cette surinformation, bien qu’ayant permis d’accroître le flux d’informations disponibles, elle a également engendré de la désinformation.

Phénomène du « copier – coller » et culte du « buzz »

Gigantesque source d’information, les journaux en ligne veulent marquer leur présence sur la toile. Recoupant plusieurs sources d’informations disponibles sur l’actualité togolaise et d’ailleurs, ses sites Web, s’appuient trop souvent sur la contribution d’autres rédacteurs des informations. Aussitôt l’actualité disponible sur Internet, presque instantanément, les autres journaux concurrents en ligne l’ont déjà relayé. Sans avoir préalablement vérifié l’exactitude de l’actualité en question, ou souvent par volonté manifeste de faire du « buzz », certains journaux en ligne procèdent simplement à quelques légères modifications. Contribuant ainsi à la diffusion des informations approximatives, ou parfois erronées parce que sortie de leurs contextes originels.
C’est vrai qu’on ne pourrait espérer d’une rédaction qu’elle parte de nulle part, mais on a quand même envie de se demander si ce culte du sensationnel ou cette tendance à vouloir tout relayer sans mesure, ne risquera pas à terme de tuer l’aptitude de la presse à diffuser des informations originales ? Face donc au risque croissant d’homogénéisation des contenus et de la désinformation, difficile de prévoir des jours meilleurs à la presse en ligne en général et togolaise en particulier.

Articles similaires