Togo : le chef d’État veille pour mettre fin à la traite des enfants

Togo : le chef d’État veille pour mettre fin à la traite des enfants

La traite des enfants dans le continent africain constitue une urgence planétaire par l’ONU, et ce, depuis 2013. D’après les dernières études portant dans la région substantielle a affirmé que le Togo constitue l’une des plaques tournante de la traite des enfants, faisant chaque année des centaines de victimes. Afin d’agir en luttant activement contre ce fléau, le président de la République du Togo, Faure Gnassingbé, a décidé à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la traite des personnes, de mettre en place un décret permettant de renforcer la protection de toutes personnes se trouvant sur son territoire.

Le gouvernement togolais renforce la lutte contre la traite

Selon l’actualité au Togo , notamment, TogoNews, la Commission nationale d’insertion et d’accueil sociale des enfants victimes de la traite a affirmé que le commerce des personnes surtout de jeune âge prend de plus en plus d’ampleur au niveau du pays, en invitant le gouvernement togolais à pouvoir renforcer la lutte contre ce fléau.
À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la traite, le 30 juillet dernier, une réunion a été organisée à Lomé, au sein de la commission nationale d’accueil et d’insertion sociale, une structure qui dépend du ministère du Travail togolais. La réunion présidée par le président de la République togolais, Faure Gnassingbé a pu faire le point sur la situation actuelle concernant le trafic d’enfants dans le pays. Surtout qu’après les dernières études qui ont révélé que le Togo constituait une plaque tournante pour ce fléau au niveau de la région de l’Afrique subsaharienne.

Mettre fin au commerce des enfants en Afrique subsaharienne

D’après la secrétaire permanente de la Commission nationale d’accueil et d’insertion sociale, et cadre au ministère du Travail, Marceline Galley Agbessi, la traite des enfants au Togo à deux visages l’un interne l’autre transfrontalière. C’est pour cette raison que la Commission a pu déduire que le pays constitue une zone de destination, d’accueil et de transit.
En effet, les enfants togolais qui sont victimes de traite sont majoritairement envoyés à l’étranger et plusieurs enfants qui ont fait objet de trafic se sont retrouvés au Togo (les jours fériés au togo 2020).
Selon la définition mise en place par l’ONU, le terme traite signifie, l’accueil, l’hébergement, le transfert, le transport et le recrutement de personnes afin de l’exploiter.
En effet, selon Togo News, ce commerce consiste à ce que des trafiquants convainquent des jeunes personnes de quitter leur domicile en leur promettant d’accéder à une formation professionnelle ou à une meilleure scolarité dans les grandes villes soit dans leur pays ou à l’étranger.

Articles similaires